Michel Agier : « Avoir peur de l’autre avant même de le connaître : c’est ça, l’encampement du monde. »

Membre du comité scientifique de l’exposition « Habiter le campement », il a codirigé l’ouvrage « Un monde de camps » (éd. la Découverte, 2014), qui fait date pour comprendre un mouvement révélateur du monde contemporain, au-delà du cadre humanitaire ou sécuritaire (1). Un phénomène qui renvoie aussi les États-nations à leur propre crise.

Source : Michel Agier : « Avoir peur de l’autre avant même de le connaître : c’est ça, l’encampement du monde.  »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s