Nouveau numéro de la revue Plein droit du GISTI : Homicides aux frontières

34 personnes mortes de soif en plein Sahara, une jeune femme percutée sur l’autoroute vers Calais, un homme tué par balles à la frontière serbo-hongroise, 500 noyés le 20 avril dans un naufrage au large des côtes libyennes, à ajouter aux 10 000 victimes de naufrages mortels en Méditerranée depuis 2014, selon l’ONU, un chiffre tel que le secrétaire général de la FICR (Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge) parle de « cimetière aquatique ». Le terme pourrait tout autant s’appliquer à la baie du Bengale, la mer d’Andaman ou au nord du canal de Mozambique, dans l’archipel des Comores.

Derrières ces chiffres macabres – quand ils existent -, on trouve des migrants qui ont fui leur pays dans l’espoir d’une vie meilleure, quitte à la mettre en péril. Et le péril ne cesse de grandir au fur et à mesure que les pays de destination ferment leurs frontières, renforcent leurs patrouilles, hérissent des barrières toujours plus sécurisées, toujours plus meurtrières, se rendant complices d’un massacre annoncé dont les seuls coupables désignés sont les « passeurs ». Et dont il est fait de moins en moins cas, au fur et à mesure que l’hécatombe migratoire se banalise.

Dans le même temps, les ressortissants des pays les plus riches, épargnés par les conflits armés, voyagent où bon leur semble. Et lorsqu’un drame survient (crash d’un avion ou naufrage d’un paquebot), c’est toute la presse qui s’en émeut. À croire que les discriminations perdurent dans la mort elle-même.

Sommaire

Édito

Dossier : Homicides aux frontières

  • Les frontières tuent
  • Les vies des morts de la migration
  • Voir Calais et mourir
  • Perdre sa vie, mais pas son nom
  • Au Mexique, des morts moins anonymes
  • Le droit à la vie des migrants
  • Faire émerger la responsabilité des États

Jurisprudence

  • Laisser vivre ou mourir les étrangers

Hors-thème

  • Il y a vingt ans, le Sans-papier libéré

Mémoire des luttes

  • Le théâtre au service de la cause immigrée (1970-1990)

Ont collaboré à ce numéro :  Mogniss H. Abdallah, Véronique Baudet-Caille, Emmanuel Blanchard, Pauline Boutron, Violaine Carrère, Nathalie Ferré, Maël Galisson, Élisabeth Graf, Samir Hadj Belgacem, Nicanor Haon, Charles Heller, Fériel Kachoukh, Noura Kaddour, Carolina Kobelinsky, Nicolas Lambert, Jean Matringe, Antoine Math, Eva Ottavy, Lorenzo Pezzani, Philippe Rekacewicz, Claire Rodier, Claire Saas, Isabelle Saint-Saens, Laurence Sinopoli, Serge Slama, Alexis Spire.

N° 109, juin 2016, 48 pages, 10 € + frais d’envoi
ISSN : 0987-3260 06

Pour commander un Plein Droit

Pour s’abonner aux publications

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s